Chers amis:

J’ai eu l’immense plaisir, aujourd’hui, de me joindre au maire Jim Watson pour annoncer que la Ville d’Ottawa prévoyait aller de l’avant avec l’Étape 2 du projet de train léger sur rail, lequel reliera l’est, l’ouest et le sud de la ville.

En 2010, les possibilités de voir atterrir un astronaute sur Mars étaient plus grandes que de voir le TLR arriver à Orléans. Comme vous le savez, le manque d’investissements dans notre collectivité ne nous laissait pas beaucoup d’espoir à cet égard, et c’est pourquoi je me suis présenté comme conseiller cette même année. J’étais, comme beaucoup d’entre vous, frustré de voir les secteurs d’Orléans et de Cumberland privés de l’expérience d’une grande Ville d’Ottawa fusionnée.

Je suis monté fièrement aux barricades pour faire en sorte que le TLR se rende à Orléans le plus tôt possible, et non dans des décennies. Certains résidents et membres des médias m’ont même demandé s’il ne s’agissait pas d’une cause perdue. Or, tout au long de ce combat, j’ai appris qu’aucune cause n’était jamais perdue.

Ainsi, aujourd’hui, nous amorçons la prochaine grande étape de la réalisation de cette vision.

Au cours des années à venir, toute la ville sera en effet desservie par un réseau de transport en commun abordable. Au fur et à mesure que le service s’améliorera et se prolongera jusqu’au cœur d’Orléans, de plus en plus de gens feront du transport en commun leur premier choix et ce, pas seulement pour leurs déplacements quotidiens.

En effet, le TLR permettra aux résidents d’Orléans d’accéder directement aux quartiers de divertissement d’Ottawa; à des restaurants de classe mondiale et aux bars du Marché By; aux expositions et aux représentations prestigieuses de la Cour des arts et du Centre national des Arts; aux parties de notre équipe de baseball championne et, nous l’espérons tous, à celles de nos bien-aimés Sénateurs d’Ottawa, aux plaines LeBreton.

QUOI DE NEUF

En plus d’annoncer le déclenchement du processus d’approvisionnement pour l’Étape 2, nous avons également annoncé quelques ajouts importants au projet.

Le point le plus important pour les résidents d’Orléans et de Cumberland est peut-être le projet de regroupement concernant la configuration ultime de la route 174, entre le chemin de Montréal et le boulevard Jeanne-d’Arc. CFB OrléansMême si nous devons encore obtenir le financement, nous espérons pouvoir inclure la transformation des voies réservées actuellement aux autobus en des voies réservées aux véhicules à taux d’occupation élevé (VTOE) en marge du prolongement du service de TLR à Orléans.

En outre, en plus d’offrir le service de TLR jusqu’au chemin Trim, nous le prolongerons légèrement au-delà de Bayshore, jusqu’à la promenade Moodie. Nous disposerons ainsi d’une liaison sur rail pour le Quartier général de la Défense nationale (QGDN) qui a été relocalisé; cela simplifiera grandement les déplacements entre la base des Forces canadiennes (BFC) d’Orléans et le QGDN pour les femmes et les hommes qui travaillent pour assurer la sécurité de notre nation.

Nous prévoyons faire en sorte que le prolongement vers Orléans se rende jusqu’au chemin Trim en 2022 et que le prolongement vers l’ouest jusqu’à la promenade Moodie soit terminé en 2023.

AVANTAGES

L’investissement prévu pour l’Étape 2 du TLR créera en tout l’équivalent de 21 000 années-personnes en emplois qui culmineront par la création de 850 emplois à temps plein et l’ajout de 38 kilomètres de rails et de 23 stations.

Lorsque la première étape de la Ligne de la Confédération de l’O-Train sera inaugurée en 2018, notre TLR sera le plus achalandé en Amérique du Nord. En outre, après la réalisation de l’Étape 2, 10 millions de déplacements s’ajouteront en 2031.

Un tel achalandage équivaut au retrait de 14 000 voitures de la circulation et à l’élimination de 110 000 tonnes de gaz à effet de serre émis.

En 2023, lorsque tous les éléments de l’Étape 2 du TLR seront en service, 70 % des résidents d’Ottawa se trouveront à 5 km ou moins du réseau de transport en commun par train léger fiable, propre, silencieux, confortable et pratique.

Tout au long du processus, nous avons gardé un œil sur les finances publiques. Notre stratégie d’approvisionnement novatrice nous permettra aussi d’acheter 38 voitures ferroviaires neuves à un prix inférieur à celui que nous avons payé en 2012 pour la première étape et de réduire les coûts d’entretien par kilomètre d’environ 30 % pour les étapes 1 et 2.

Pour Ottawa comme pour toute grande ville, le mieux-être économique et environnemental à long terme est en grande partie attribuable au système de transport en place. Pour être concurrentielles sur le plan économique et réduire les émissions nocives, les villes doivent s’assurer que les personnes, les biens et les services peuvent circuler librement et efficacement… et que les modes de transport offerts sont plus propres et plus attrayants pour les usagers.

Avec le prolongement du TLR jusqu’à Orléans, je vois une myriade de débouchés économiques se présenter le long du corridor de la 174. La Ville travaillera avec les entrepreneurs et les propriétaires fonciers intéressés pour faire en sorte que ces possibilités puissent se concrétiser. En outre, la présence d’un service de TLR propre, rapide et fiable améliorera l’expérience des usagers d’Orléans et de Cumberland et assurera une meilleure qualité de vie à nos familles.

Nous avons de grands rêves et de nobles objectifs pour notre ville.

Nous faisons de notre mieux – et pour moi cela se résume à des choses simples : faire ce qu’il convient de faire, travailler plus fort que les tous les autres et penser pour le long terme.

Avec cette approche, nous accomplissons des progrès considérables et faisons en sorte qu’il est intéressant de vivre et de travailler à Ottawa.

Nous avons la chance de vivre dans la meilleure ville du pays le plus prospère du monde.

Mes amis, avec votre aide, nous allons continuer à travailler dur pour construire la capitale nationale moderne que nous méritons.