Le conseiller municipal du quartier Cumberland, Stephen Blais, est heureux de présenter le premier policier-épouvantail de la Ville d’Ottawa, que l’on placera dans des zones de sécurité communautaire à Orléans pour lutter contre l’excès de vitesse dans les secteurs où des enfants jouent et se rendent à l’école à pied. 

« Beaucoup trop souvent, des conducteurs imprudents mettent le pied au plancher près des écoles sans se soucier des enfants, déplore M. Blais. Il nous faut un moyen de combattre l’excès de vitesse et de faire une application ciblée du Code de la route dans ces zones à risque. » 

Le policier-épouvantail est une représentation en métal grandeur nature de l’agent Mongeon, du Service de police d’Ottawa, qui pointe un pistolet radar en direction des véhicules en approche. Cette mesure dissuasive sert à faire ralentir les automobilistes sur les routes où les excès de vitesse sont monnaie courante. 

Le projet prévoit entre autres la collecte de données sur les vitesses de circulation avant et après l’installation de l’épouvantail, et des périodes de surveillance policière au cours des prochaines semaines. 

Le conseiller Blais a lancé sa croisade contre l’excès de vitesse chronique à l’époque où il était conseiller scolaire à l’Ottawa Catholic School Board. Il avait alors présenté une motion afin que la Ville désigne comme zone de sécurité communautaire toutes les routes se trouvant dans un rayon d’un kilomètre des écoles élémentaires d’Ottawa, et que la Ville mène une campagne intensive d’application du Code de la route dans ces zones. 

« Cette initiative de modération de la circulation enverra un message clair aux conducteurs qui dépassent les limites permises et contribuera à assurer la sécurité sur les routes, en particulier dans les zones de sécurité communautaire, où les enfants sont nombreux à se déplacer à pied et à vélo. » 

Dans le cadre d’un projet pilote réalisé en Colombie-Britannique en septembre dernier, on a constaté une baisse constante de la vitesse de circulation en présence d’un policier-épouvantail. Par exemple, 5,2 % des conducteurs dépassaient la limite de plus de 10 km/h avant l’installation de l’épouvantail; une fois celui-ci en place, ce chiffre a chuté à tout juste 2,5 %. Le nombre de conducteurs circulant 30 km/h au-dessus de la limite permise, quant à lui, est passé de 18 à 4. 

La vitesse de croisière moyenne sur le boulevard Portobello est actuellement de 57 km/h. Seuls 16 % des conducteurs respectent la limite de vitesse par défaut de 50 km/h, laquelle passe à 40 km/h devant la St. Theresa Catholic School et l’Avalon Public School.